Subtitles (chapter 1 ) by Eric Leleu, Shanghai-based photographer.

No country in the world produces as many kilometers of propaganda banners as China. In the countryside, in cities, along highways and in the most unexpected places, they are ubiquitous. Following the thirty glorious years of the Cultural Revolution, each era brings its abundance of educational slogans. Given the growing indifference of a society that losing its moral landmarks and civic sense, these slogans that float to the four winds in silence only serve to provide a false sense of comfort to the local government officers who wrote, printed and installed them.

Eric Leleu decided not to let them pass in silence! He began recording them exactly according to the instructions of the New Topographics, studying via photography these 'man-altered landscapes'. No matter whether you can read them or not because the meaning is not what is written on these red banners. It could be post-it notes stuck on a landscape, red Stickies. Or it could be stuck there to hide a scar, a wound, a cut, a rash, that which we prefer not to show. This systematic survey is emphasized by frontal compositions, with the banner placed at the center, as if the surveyor wanted to hammer it home, to put points on the i. A warning! A red stain! That's it. The strength of this photographic survey is in its ability to "alter" a landscape.

Please move forward. Nothing to see. No Photo!

--- 

Jean Loh - June 2012

Photography curator (Marc Riboud Retrospective in China 2010-2012)
Artistic director of Beaugeste Gallery in Shanghai  and editor of over 20 photo books
Member of the editorial committee of the Trans Asia Photography Review

Aucun pays au monde ne produit autant de kilomètres de banderoles de propagande que la Chine. A la campagne, dans les villes, le long des autoroutes jusque dans des endroits les plus inattendus elles sont omniprésentes. Passé les Trente Glorieuses de la Révolution Culturelle, chaque ère apporte son abondance de slogans éducatifs. Devant l’indifférence croissante d’une société qui perd ses repères de moralité et de sens civique, ces slogans qui flottent aux quatre vents dans leur mutisme ne servent plus qu’à donner un faux sentiment de réconfort aux fonctionnaires qui les ont pondus et fait imprimer installer. 

Eric Leleu a décidé qu’il ne les laisserait pas passer sous silence ! Il se met à les relever, exactement selon les instructions de la New Topographics, relever par la photographie ces paysages modifiés par l’homme (man-altered landscape). Peu importe si on sait lire ou pas car le sens n’est pas dans ce qui est écrit sur ces banderoles rouges. Ce pourrait être des post-it notes collées sur un paysage, des post-its rouges. Ou bien ce pourrait être des sparadraps collés là pour masquer une cicatrice, une plaie, une coupure, une éruption, une laideur, ce que l’on ne veut pas montrer. Ce relevé systématique est en plus accentué par un cadrage frontal, avec la banderole placée bien au centre, comme si le topographe qu’est Eric Leleu voulait nous enfoncer le clou, nous mettre les points sur les i. Un avertissement ! Un rouge qui tache ! C’est bien cela. La force de ce relevé photographique est dans sa capacité « d’altérer » un paysage. 

Circuler.  Rien à voir. No Photo !

--- 

Jean Loh - Juin 2012

Commissaire photo (Rétrospective Marc Riboud en Chine 2010-2012)
Directeur artistique de la galerie Beaugeste à Shanghai – éditeur de plus de 20 livres photo
Membre du comité rédactionnel de la Trans Asia Photography Review